Malvoyant
Thème par défaut

Horaires d'ouverture

Mardi

14h-18h

Mercredi

10h-18h

Vendredi 14h-18h
Samedi 10h-17h

OSTWALD de Thomas Flahaut

En Alsace, la famille de Noël et Félix a éclaté suite à la fermeture des usines. A l'approche des fêtes de fin d'année, les deux frères sont réunis chez leur mère à Belfort lorsqu'un accident nucléaire à la centrale de Fessenheim survient.Alors que l’évacuation chaotique de la population commence, Noël et Félix errent dans un paysage déserté à la recherche de leur père et de leur insaisissable amie Marie...

Récit à la première personne, OSTWALD est le journal intime, ascétique et désenchanté d’un effondrement global : familial (impasse des rapports fraternels, absence du père), amoureux (impossibilité de construire une relation avec l’être aimé), sociétal (la fin de la classe ouvrière), puis finalement nucléaire (la centrale de Fessenheim implose). D’où le statut de survivant donné rapidement au héros, avec ses souvenirs pour seul horizon.

Avec la fracture du lien paternel comme trauma originel, le livre fait rimer catastrophe intime et apocalypse nucléaire. Le romancier cherche à dépeindre de façon pratique ce qu’il adviendrait dans un cas aussi dramatique. Au-delà de l’effondrement rapide des règles sociales (évoqué lors d’une séquence dans un camp de réfugiés contrôlé par l’armée) et du règne factice de la surinformation (adieu téléphones portables), la survie ne peut s’organiser qu’autour du devenir des proches et de la recherche naïve d’une figure familiale protectrice le long de paysages dépeuplés. Mais contrairement à Cormac McCarthy dans LA ROUTE, elle s’avérera défaillante. Le héros, dans sa quête pour trouver un peu d’amour au sein des ruines, est alors abandonné au milieu d’un réel qui n’est plus peuplé que de fantômes.


À consulter également